vendredi 22 septembre 2017

FENDI BY CARNE LAGERFELD

Fendi ou Lima-culé confection, loin de sa baguette pour les connaisseurs de la marque, c’est toujours le kaiser qui officine depuis 1965. Une débauche de soieries, de cuirs et de mousselines, ré-interprétation du Tartan, c’est là où le Hamburger est le meilleur dans l’interprétation de la culture des autres. Karl lui avance, car il ne suit jamais une idée fixe.

Savant mélange entre Mondrian et les filles de foi qui ont des croyances antiseptiques, mais peu importe, nous nous laissons emporter dans une collection qui survole le power fileur. Chevelure bleue, comme la barbe du seigneur de Guillery, mais là c’est la femme qui vous mange tout cru. Quand le culte de la beauté tourne à l’obsession, Fendi où enfin le retour du chic à l’italienne, après Gucci, hier, il était temps ! Un petit moment de gloire pour le Seigneur des Arnault : Pinault 0 : Arnault 1.

Un moment de subtile égarement où le temps s’arrête pour finir en apothéose.
Nous sommes dans l’Italie de la chevalerie identitaire de la couture, dans l’antre de Karl, qui renaît à chaque saison tel le phœnix, et retombe toujours sur sa ‘basse’, mais celle-ci est de Saxe, mais lâchera-t-il la proie pour Londres ?

Anonymode